Un peu d'histoire

"Le pot à Tabac" par Maurice MERLE

Lors de l’été 44, l’armée française avait planifié une attaque d’un convoi de troupe allemande entre le village d’Aisey et de Nod : « La bagarre des bonnes fontaines ».    L’armée française avait dressé un barrage en haut de la montée « des  bonnes  fontaines »  et  se  sont  les canadiens,  postés  sur  les  hauteurs  de  Nod qui ont canardé les convois : 3 ou 4 camions ont été détruits et le reste des troupes  allemandes  est  reparti  à  pied  à Châtillon.   Le  maire  de  NOD,  Bernard HUGUENIN   qui   était   au   courant   de cette  attaque  avait  demandé  à  Maurice MERLE, alors âgé de 17 ans, de se poster dans le clocher de l’église et d’agiter son drapeau  pour  prévenir  l’armée  française si des renforts arrivaient. Le soir même, M.HUGUENIN, aidé des gens du village, dont M.Gaston MERLE ont pris l’initiative  de  faire  enterrer  les  corps des  soldats  allemands  et  de  stocker leurs paquetages à la mairie.

Le  lendemain,  une  troupe  allemande a encerclé le village. Il y avait des soldats allemands  partout  avec  des  grenades incendiaires afin de mettre le feu à tout le village.

Le  capitaine  allemand,  est  passé  dans toutes  les  maisons  pour  rechercher  les « terroristes » (nom donné  aux résistants)  mais  l’ensemble  du  village avait  convenu  de  dire  qu’il  s’agissait  des canadiens.

Toutefois, le village était toujours sur le point d’être entièrement brûlé. Heureusement, le capitaine a tenu compte du fait que ses soldats aient été enterrés.  Tout  à  été  fait  pour  éviter  le pire. Lorsque ce capitaine est entré dans l’épicerie–tabac   que   tenait   Louise ARMEDEY (Mme MERLE)  il a aperçu ce pot de tabac.pot a tabac

Il a demandé à Louise s’il pouvait se « faire   une cigarette » et elle lui a répondu : « Bien sûr Mr le capitaine,  ici il n’y a pas de terroriste. » Cet  ensemble  d’évènement a calmé  le capitaine et ainsi épargné le village.

Récit de Maurice MERLE recueilli par Régis NUGUES en avril 2009.